15/01/2008

KLINIK - "Time" CD. 1991

KLINIK était un groupe éléctro indus novateur, devenu culte, mais dont le nom émerge si peu dans les discussions grouillantes qu’on pourrait les croire oubliés.
Découvrir leur musique des années après, sur le tas, n’aide pas forcément à la comprendre et pourrait faire zapper l’impatient : On ne parle pas d’éléctro indus très groovy ou rythmique, ni de violence explosive ou d’ambiance suintant le malsain… Le style est plus fin, contenu… Disons que nous sommes en présence d’une musique électronique froide, dont une partie de l’intrigue réside dans le fait que ce calme apparent cache des états d’esprits assez étranges, rappelant l’ambiance d’une clinique, voir d’un établissement spécialisé dans les troubles mentaux pathologiques (Interprétation personnelle? Ou cette ambiance blanche si froide contiendrait-elle encore les traces résonnantes de patients venant de passer par là?)
Les instigateurs nous laissent imaginer ce qui se trafique dans ces lieux stériles ou nos organes, nos gènes, ne nous appartiennent plus… Ca devait être d’autant plus effrayant dans les années 80/90, alors que le milieu hospitalier faisait peut être moins preuve de transparence, ou du moins communiquait moins avec les médias, et que l’hôpital en lui même faisait donc plus l’objet de fantasmes et de peurs-angoisses…
KLINIK me rappelle régulièrement les moments les plus éléctro de SKINNY PUPPY, mais en moins extrême, moins schizophrène ou déchiré… En fait ce côté malsain est cryogénisé, emballé dans une apparence de parfaite stérilité pour peut-être mieux violer l’intégrité de l’être humain sur le long terme… Hé hé
C’est un projet que je trouve intéressant, mais je ne pourrais décider de l’intérêt qu’il déclencherait chez des auditeurs plus jeunes ou pas encore détournés, c’est peut être un peu trop dépouillé, pas assez « Too much » dans la surenchère en effets et pas (Plus?) particulièrement impressionnant techniquement… La clinique serait peut-être donc condamnée à rester un établissement minoritaire et partiellement compris… Mais le but final est-il vraiment le succès?

13/01/2008

MALFORMED EARTHBORN - "Defiance of the ugly by the merely repulsive" CD. 1995.

Un projet indus rassemblant Shane Embury de NAPALM DEATH, Dane Lilker de BRUTAL TRUTH et un membre de EXIT 13, ça peut ressembler à quoi? Peut-être aux intros indus noise des premiers albums des deux premiers groupes cités?
Oui, mais seulement en partie, car le disque est plus varié, le style changeant assez suivant les morceaux. Donc sur certains titres nous avons bien ces influences indus noise sur lesquelles sont greffés des rythmes indus assez primaires et binaires. Sur d’autres l’influence GODFLESH se fait sentir une fois de plus alors que le rythme est assez lourd, les guitares assez bruitistes, et se développe une ambiance assez chaotique de type “ Fin du monde ” ou “ Immersion dans l’usine en pleine crise de corrosion ”, on s’enfonce tout doucement dans ces sons assez hypnotiques et visuels… (Il y a aussi un côté WUMPSCUT des tous premiers disques). D’autres morceaux ou moments plus éléctro indus rappellent SKINNY PUPPY ou un peu de FRONT LINE ASSEMBLY des premiers albums, mais dans des versions moins travaillées, plus “unidimensionnelles” quant à la quantité de niveaux d’écoutes.
Les vocaux sont tous distordus ou saturés, ça rend l’ensemble un peu plus inhumain et mécanique.
Le disque passe plutôt bien, des ambiances sulfureuses s’en dégagent toujours et certains samples font assez peur, mais je regrette que le côté électronique tout comme les beats n’aient pas été un peu plus développés, et la production a un peu vieilli.
Pour un projet parallèle c’est pas mal, le disque peut s’écouter en entier tout en développant une ambiance assez urbaine et malsaine de fin du monde, quelques titres sont même classes et déchirent bien… Et c’est intéressant d’entendre la façon dont réagissent certains musiciens connus dans un environnement musical différent… Mais ce n’est pas un album essentiel.

09/01/2008

DEAD WORLD - "The machine" CD. 1993.

Après un premier album franchement pas terrible, l'unique membre de DEAD WORLD décide de virer les 2 musiciens session, de tout faire seul à l'aide d'une boite à rythme et relève assez radicalement le niveau.
La musique devient alors plus malsaine et lourde, plus proche des premiers GODFLESH et PITCH SHIFTER.
Il se dégage une ambiance sourde, sulfureuse (Presque occulte en un sens) qui grâce aux vocaux passés dans des effets tantôt acides, tantôt liquides ou de machine qui vous parle, prendrait presque une tournure vicieuse ou inhumaine... Evoquant parfois une infâme créature hybride, difforme, obèse, procréant les graines de notre extinction dans les sous-sols pestilentiels de notre société.
Le style, dont la forme est proche des premiers GODFLESH (Riffs mécaniques, arpèges aiguës assez dissonantes...) est quand même beaucoup moins torturé et s'approcherait plus des morceaux lents, voir dépressifs (Dans certains moments ou la civilisation s'est faite fraîchement annihiler); Tout comme les rythmes et structures sont moins variés et vivants que PITCH SHIFTER.
Quelques influences MINISTRY plus métal ou groovy viennent nous rappeler que cette musique est assez humaine, même si relativement décadente (De façon... Confortable? Le mot est un peu fort même si l'ensemble n'est pas si déglingué).
Malgré des points négatifs un peu embêtants (Influences GODFLESH pas toujours top ou bien ressorties, boite à rythme trop simple, morceaux un zest trop longs ou quelques passages dispensables (Comme les interludes expérimentaux), une bonne grosse moitié des titres sont bons dans leur ensemble et cet album reste quand même pas mal. Il pourra toujours plaire aux amateurs du style comme à des auditeurs plus récents qui pourraient accrocher à l’ambiance, ou à la lourdeur rappelant le doom…

NOISE UNIT - "Drill" CD. 1996.

Alors que FRONT LINE ASSEMBLY était au top de son succès, aussi bien créatif que commercial, les 2 membres principaux du groupe se sont motivés pour composer et enregistrer cet album dans la lancée, reprenant ce qu'ils savaient faire en l'adaptant à un style moins extrême, moins industriel... La musique reste proche du FLA de l'époque tout en étant assez différente: De nombreux éléments sont repris (Rythmes, nappes de synthés futuristes, samples de guitares...) alors que l'approche diffère (Plus techno, moins touffue, moins complexe...) et que des éléments plus softs sont insérés (Beats plus simples, influences jungle, thèmes proches de la musique de jeux vidéos haut de gamme). L'ambiance reste futuriste et dark, mais l'agression et le côté torturé ne sont plus le propos... L'auditeur est plus mené à rêver.
Les morceaux sont composés de nombreuses variations sur un rythme de base plus ou moins dansant, sur lesquels sont greffés de tonnes de petits samples ou effets de synthétiseurs. Il n'y a pas de chant, pas de refrains, peu de choses vraiment marquantes... Le but n'était d'ailleurs pas de marquer dans ce sens mais de développer une ambiance cool assez vivante.
Je ne peux m’empêcher de penser que cet album est une sorte de démonstration technique, ressortant ce que les 2 techniciens du synthétiseur pouvaient faire à de nombreux niveaux, reprenant ce qu'ils avaient précédemment appris et perfectionné, mais sans rien insérer de vraiment neuf ou qui atteindrait des sommets. Heureusement cette démonstration n'est pas faite de façon stérile, on navigue entre les idées tantôt bonnes, tantôt cools (Sans couper le flux de l'ambiance).
Même si ce n'est pas un enregistrement exceptionnel, pour un projet parallèle c'est plutôt bon, et ça serait également intéressant pour les fans du projet principal (Je ne pense pas à Delerium, bien sur).

05/01/2008

Interview TREPONEM PAL















TREPONEM PAL Interview

1. Alors vous voilà de retours! Ca se passe bien pour l’instant? Les guitares et les amplis chauffent bien?

Didier B. (synthés, samplers, arrangements) - Yes! Ca fait déjà quelques mois qu'on les fait chauffer, depuis qu'on a une nouvelle formation au complet. D'ailleurs, les amplis chauffent d'autant plus qu'on a maintenant deux guitaristes ce qui n'était pas arrivé depuis très longtemps. On a pu vérifier l'été dernier sur quelques scènes que la machine fonctionnait bien. Ca roule, donc..

2. On n’y croyait plus trop, depuis le temps que votre dernier album était sorti… Qu’est-ce qui vous a (Subitement?) motivé à remettre la locomotive en route? Un manque de musique, ou les contacts avec les fans peut-être?

dB - C'est vrai que Higher date de 97. Entre temps, on n'a pas vraiment manqué de musique, mais on était sur d'autres planètes, avec le projet reggae "Elephant System" et le sound system "Dub Action". Ces activités nous ont donné l'occasion de nous exprimer à fond sur le versant dub (qu'on avait déjà abordé en diagonale dans "Higher"). Ceci étant fait et bien fait, on a ressenti le besoin urgent de revenir à des choses plus teigneuses, et reprendre Treponem Pal là où on l'avait laissé nous a paru tout naturel. En fait, on fonctionne beaucoup à l'envie du moment. Maintenant, il n'est pas faux que les fans aient pu avoir quelque influence, car, où qu'on aille, c'est vrai qu'on nous parlait beaucoup de Treponem.

3. Vos nouveaux morceaux sont annoncés comme un retours vers quelque chose de plus brut et direct. Vous en aviez marre du côté plus travaillé? C’est peut-être trop commun en ce moment (Comme tout le monde ou presque expérimente avec un Pc…).

dB - En fait, les morceaux de Higher partaient tous de bases "machines", d'où leur coté à la fois technoïdes et très policés. Le changement, c'est que tous les titres du nouvel album sont partis de simples beats de drums et de riffs de guitares. Les machines ne sont plus l'armature du morceau, mais elles gardent une importance déterminante pour créer les ambiances fortes que nous recherchons. Si au total, le nouvel album sonne plus direct, ça n'exclue pas un soin certain du détail. Avis à ceux qui voudront bien tendre l'oreille!

4. Le nouvel album sera il le résultat de plusieurs années de compo, ou vous vous étes mis au travail il y a plusieurs moi? Vos méthodes de composition ont-elles changé? (Vous étes peut être plus branché par la compo directement sur Pc, ou par des choses encore plus brutes que guitare/ basse?).

dB - Ah, de fait, j'ai déjà en partie répondu à cette question. Pour le reste, le travail de composition a été très rapide (contrairement à Higher). En fait, on à rarement travaillé de manière aussi, euh.. frénétique! Certains instrus ont été bouclés en quelques heures. Bien sûr, l'ordinateur a été un outil important pour enregistrer nos guitares et donner immédiatement une forme à nos idées. En général, nous convenions d'un beat de drums. Puis Marco lançait les idées de riffs qui étaient aussitôt joués par notre guitariste. Enfin, je me chargeais d'orchestrer la chose. That's it. Simple comme bonjour, d'autant que nous étions en parfait accord avec Marco quant à ce que nous voulions obtenir. Il faut dire que l'équilibre du Treponem Pal actuel repose largement sur la parfaite entente qui règne entre Marco et moi. De plus, nous avons trouvé un oiseau rare avec Polak, nouveau guitariste, sur lequel nous pouvons nous appuyer en toute confiance.

5. Y aura-t-il des passages rapides inspiré du thrash (Comme du MINISTRY par exemple) ou ça restera dans le mid tempo plutôt tribal et torturé?

dB - Alors, nos tempos vont de 56 à 170 bpm. Pour les morceaux rapides, je parlerais plus de "punk" dans l'esprit, plutôt que de "thrash" à proprement parler. Mais de fait, on a toujours pas mal de mid-tempo, voire de titres relativement lents. Tribal? Peut être, oui. Torturé, je ne pense pas. La musique de Treponem vient des tripes. C'est quasiment un besoin physique, ce qui ne laisse aucune place à la branlette mentale.. Je dirais donc plutôt "halluciné".









6. Je ne sais pas si tu as suivi leur évolution, mais par exemple GODFLESH, PITCH SHIFTER ou KMFDM sont devenus de moins en moins indus avec le temps… Peut-être car ils ont eu la chance de pouvoir tout dire dans ce style ? Alors que vous n’en auriez pas eu l’opportunité?

dB - Je ne me prononcerai pas sur les motifs de l'évolution de ces groupes. D'autre part, "indus" n'est pas un style, ce n'est qu'une étiquette. A la rigueur, Einstürzende Neubauten au début était indus. Ou Throbbing Gristle. Les groupes que tu cites sont avant tout des groupes de rock avec chacun la particularité d'être plus ou moins tendus ou plus ou moins mécanique. Treponem Pal aussi est un groupe de rock traversé par une tension particulière. Tout ce que je peux dire c'est que dans notre cas, cette tension correspond à quelque chose de vécu et que la musique de Treponem Pal est une nécessité vitale. Un besoin de crier très fort.

As-tu écouté les derniers SKINNY PUPPY et qu’en penses-tu?

dB - Oui, le dernier est plutôt pas mal, c'est clair.

7. J’ai lu que peu de groupes actuels t’intéressaient, t’impressionnaient… Mais il doit bien y en avoir quelques uns… Allez, des noms!

dB - Bon: On use beaucoup l'album de Grinderman (le dernier truc de Nick Cave). Sinon, dans un genre très différent, on a découvert via MySpace un groupe de Cleveland nommé Imperthean. Leur album "The Sounds Above" est assez fort, dans un trip Black Metal assez tordu. Il y a également Gloomy Sunday, plus doom, un album sur Solitude Record. Bien sûr, il y a Sunn-o aussi, qui dégage de belles ambiances. N'oublions pas Mob Research, qui était le groupe de notre très regretté Paul Raven. Et puis Hollow Corp, aussi, un groupe français un peu dans notre style.










8. Depuis l’avènement commercial de MARYLIN MANSON, disons en 97-98, le métal indus a pris un sacré coup de mou et peu de choses terribles sont sorties dans ce style… Pour trouver des émotions proches, il faut chercher ailleurs… A ton avis, ce relatif déclin serait du à l’engloutissement du style par des groupes de “ merde ” (Entraînant un désintérêt de nouveau musiciens potentiels), ou le côté déchiré et déglingué d’avant serait moins provoquant dans la cyber scène actuelle?

dB - Il en est de même pour de nombreux mouvements, au début, il y a une pulsion, puis, peu à peu, on finit par ne plus se soucier que de la forme en oubliant le fond. A la fin, ne reste qu'une étiquette commerciale et une musique vide de sens. Si Treponem Pal n'était pas animé par une pulsion vitale, nous n'aurions pas remis la machine en route.

9. Hormis la musique, qu’est-ce qui te bottes le cul ? Peinture, sculpture, infographie?

dB - Le zen.

10. Connais-tu les courants musicaux comme le noise ou le harshnoise ? Tu aimes? C’est pas évident à approcher, mais c’est trippant… Tu penses que des éléments purement noise seraient envisageables dans TREPONEM PAL, ou un petit remix te suffirait?

dB - Oui, comme Solmania (depuis plus de 20 ans!) ou Masonna (les nippons sont toujours les plus forts dans ce genre de trip), ou encore Double Leopards ou le canadien Alan Bloor. C'est un peu gadget mais assez drôle à dose modérée. Cela dit, si j'avais besoin d'un tel remix, je le ferais moi même, mais ce n'est pas au programme pour l'instant. Accessoirement, le morceau "Unclean" sur notre nouvel album, commence et finit par des "éléments" purement noise.

11. Dis nous ce qu’évoquent ces mots à ton esprit :
-Corrosion
dB - Essentiel! La corrosion transforme la matière et fait avancer les choses.

-Cyber punk
dB - La machine libère le punk.

-Underground profond (Avec ses démos, fanzines, distros)
dB - C'est un humus, mais le but est toujours de sortir de terre.

-Kraftwerk
dB - La meilleure référence pop possible.

-Viol virtuel
dB - Absolument rien.

12. Voilà, merci pour tes réponses. A bientôt chez les disquaires! ;-)

Page web: http://www.myspace.com/treponempal